Catégorie

Rapports
Publié par souilmi yasser le 26/01/2020 - 20:30

Le Droit à l’Eau est désormais considéré comme un des Droits de l’Homme fondamentaux en vertu de l’Observation Générale adoptée par les Nations Unies en novembre 2002. Il s’agit d’un droit inaliénable dont personne ne devrait être privé. En effet, la vulnérabilité du cadre institutionnel du secteur de l’eau en Tunisie, surtout en termes de distribution, a engendré d’importantes disparités sociales et régionales, privatisant ainsi les citoyens de leurs droits à l’eau et par conséquent, de leurs droits à la vie.

Par ailleurs, c’est parmi la responsabilité et les devoirs de l’Etat d’assurer un approvisionnement continu en eau potable et de mettre en place les infrastructures sanitaires nécessaires pour tous ses citoyens.

L’association NOMAD 08, dans le cadre de son projet l’Observatoire Tunisien de l’Eau, en procédant par une démarche participative et citoyenne, a effectué, le 16 Janvier 2020, une visite de terrain à la région d’EL GONNA de la délégation de FERNANA, en termes de continuité de l’activité effectuée en juillet 2019.

Cette mission a pour but de diagnostiquer les problèmes que rencontrent les habitants de la région, de fournir aux parties prenantes du secteur de l’eau un appui dans l’élaboration des stratégies régionales ainsi que de suivre l’exécution des projets prévus en 2019.

Suite à la protestation effectuée, durant l’été 2019, devant le barrage de BARBRA, 3 citoyens ont été opprimés par la police. Le 5 Juillet 2019, un Procès-verbal contenant l’étude de projet de raccordement de la région en eau potable et les délais de son exécution, a été signé entre les citoyens et les autorités locales et régionales.   

Lors de cette visite, il a été constaté que les projets prévus ne sont pas encore entamés et les habitants souffrent encore de la pénurie d’eau.

Selon le témoignage de l’un des habitants, il a confirmé qu’ils sont encore exposés à des poursuites judiciaires malgré la signature d’un deuxième procès-verbal qui satisfait tous les membres.

Ceci ne fait que preuve d’échec des politiques adoptées par l’Etat, qui cherche toujours à diverger l’intérêt général du problème principal qui est la pénurie d’eau potable, suite à l’absence de stratégies de développement régional.

 

 

Partager